Relations de l'UE avec les Fidji

Les relations entre l'Union européenne (UE) et les Fidji se fondent sur le respect des droits de l'homme, des principes démocratiques, des libertés fondamentales et de l'État de droit, composantes essentielles de l'accord de partenariat ACP-UE.

À la suite du coup d'État militaire de 2006, et de la violation de ces valeurs par les Fidji, l'UE a suspendu le versement de son aide au développement à ce pays.

Depuis lors, l'UE prône le retour à la démocratie, le respect des droits de l'homme et la primauté du droit dans les Fidji, dans le cadre d'un dialogue politique renforcé.

Aide

L'UE octroie une aide aux Fidji via plusieurs canaux:

  • des mesures d'accompagnement en faveur des pays signataires du protocole sur le sucre, d'un montant total de 50 millions d'euros pour la période 2011-2013 (dont le versement dépend en grande partie de la conclusion d'un accord sur le processus de consultation constitutionnel);
  • le 10e Fonds européen de développement (FED) et l'instrument de stabilité (ce financement fait actuellement l'objet d'un réexamen afin d'évaluer les possibilités de soutenir davantage le dialogue national, le processus de consultation constitutionnel et la préparation des élections);
  • le programme européen pour la démocratie et les droits de l'homme: 300 000 euros par an en 2012 et 2013 pour appuyer le travail des ONG en matière de droits de l'homme et le renforcement des capacités démocratiques;
  • l'accord de partenariat économique (APE), signé en décembre 2009, mais dont la mise en œuvre nécessite encore la notification par les Fidji d'une application provisoire ou de la ratification.

Démocratie et élections

Des élections sont attendues en 2014 et un processus de consultation constitutionnel est en cours. L'UE fait donc part d'un optimisme prudent en ce qui concerne le retour possible de la démocratie dans les Fidji et suit attentivement l'évolution de la situation.

À la demande expresse de l'UE, le régime fidjien a demandé aux Nations unies d'organiser une mission d'évaluation des besoins électoraux, qui s'est déroulée à la mi-avril 2012. Les conclusions de cette évaluation permettront de déterminer l'assistance à fournir par l'UE, en coordination étroite avec des partenaires internationaux. À l'heure actuelle, l'UE prévoit d'allouer 2 millions d'euros à la deuxième phase du projet NICE pour les Fidji English (en) (initiative nationale en faveur de l'éducation civique), en mettant l'accent sur les élections de 2014.