Relations de l'UE avec la République kirghize

Place Ala-Too SEAE Bichkek/Thomas de LacostePlace Ala-Too SEAE Bichkek/Thomas de Lacoste

Les relations bilatérales entre la République kirghize et l'Union européenne (UE) sont régies depuis 1999 par un accord de partenariat et de coopération (APC).    

Le pays bénéficie d'une assistance technique et financière par l'intermédiaire de l'instrument de coopération au développement (ICD) de l'UE. L'UE travaille actuellement à l'élaboration d'un nouvel ICD pour la période 2014-2020.

La République kirghize participe à plusieurs programmes régionaux et bilatéraux. Elle participe également à divers programmes thématiques qui soutiennent les organisations concernées au moyen de subventions. L'UE apporte son aide dans le cadre des instruments thématiques suivants:

  • l'instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH);
  • l'instrument de stabilité (IfS);
  • l'appui aux acteurs non étatiques (ICD-ANE);
  • le programme «Investir dans les personnes» (ICD-HUM);
  • le programme «Environnement» (ICD-ENV);
  • l'instrument relatif à la coopération en matière de sûreté nucléaire (ICSN);
  • le programme thématique sur la sécurité alimentaire (FSTP);
  • le programme «Gestion des flux migratoires et immigration clandestine» (MIEUX).

 

L'UE et la République kirghize coopèrent dans le cadre d'une approche régionale qui inclut les cinq républiques d'Asie centrale: voir la stratégie pour un nouveau partenariat entre l'UE et l'Asie centrale (2007).

À lire aussi: