Fonds Commun Sectoriel de l’Education – L’Union européenne (UE) s’engage aux côtés et du gouvernement pour soutenir la réforme du système éducatif nigérien

Dans le cadre du Fonds Commun Sectoriel de l’Education et pour soutenir la transformation du système éducatif nigérien, l’UE a signé avec l’AFD une convention de contribution d’un montant de 9,8 milliards de FCA (15 millions d’euros. Cette contribution a permis à l’Agence Française de Développement (AFD), agence partenaire de l’Union Européenne, de signer avec le Ministère des Finances un accord de financement le Lundi 31 Octobre 2022. La cérémonie de signature a eu lieu au ministère des Finances, en présence de son Excellence, Monsieur Sylvain Itté, Ambassadeur de France au Niger, M. Salvador Pinto Da Franca Ambassadeur de l’UE au Niger, et Madame Cynthia Mela, Directrice de l’agence de l’AFD au Niger.

Au cours de la cérémonie, l’Ambassadeur Salvador Pinto Da Franca a tenu un discours dans lequel il a réaffirmé l’engagement de l’UE et de ses Etats membres à soutenir le système éducatif nigérien.

Monsieur le Ministre des Finances de la République du Niger ;

Monsieur l’Ambassadeur de France au Niger ;

Madame la Directrice du Bureau de l AFD au Niger ;

Madame la Directrice Adjointe du Bureau de l AFD au Niger ;

Mesdames et Messieurs, honorables invites,

Une éducation inclusive, équitable et de qualité, pour toutes et tous, ne constitue pas seulement un droit humain inaliénable, elle est aussi le gage d’un développement durable et harmonieux. Il s’agit de l’un des investissements les plus importants et les plus rentables qu'un pays puisse faire pour sa jeunesse et l’ensemble de sa population.

Au Niger, si de nombreux progrès ont été réalisés au cours de ces dernières années, de nombreux défis restent à relever pour permettre au secteur éducatif de devenir un véritable moteur pour le développement. En effet, avec un taux de croissance démographique de 3,9%, la moitié de la population nigérienne a moins de 15 ans. Respectivement, plus de 50% et 60% des enfants de 7 à 12 ans et des jeunes de 13 à 16 ans sont hors de l’école, dont une majorité de filles. L’accès à l’éducation et à la formation se caractérise par de fortes inégalités (territoriales, de revenu et de genre) ; une qualité des résultats d’apprentissage des apprenants, trop faible pour permettre au plus grand nombre de maîtriser les compétences de base ; des compétences majoritairement en inadéquation avec les besoins du marché du travail et des perspectives d’insertion sociale, économique et professionnelle limitées pour les 265 000 jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail.

Face à autant de défis, le Président de la République, SEM Mohamed Bazoum, a tenue à faire de l’éducation son cheval de bataille pour ce premier mandat.  Dans son discours d’investiture et lors du sommet de NY sur la transformation de l’éducation (19/09/2022), ce dernier s’est personnellement engagé, à redynamiser, à transformer le secteur de l’éducation. Cette réforme du système éducatif vise principalement à faciliter et améliorer l’accès de tous et de toutes à une éducation de qualité principalement à travers la professionnalisation du corps enseignants, le reforme curriculaire, la réactualisation de la carte scolaire, la création d’internats pour une meilleure scolarisation de la jeune fille et l’amélioration/renforcement des infrastructures scolaires.

L’éducation est aussi l’une des grandes priorités de l’Union Européenne. Comme l’a déclarée Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, lors du sommet mondial de l’éducation en 2021: « Quel que soit le continent sur lequel on vit. L'éducation devrait être un droit véritablement universel. C’est la raison pour laquelle l'Union européenne investit davantage dans la coopération internationale en faveur de l'éducation que tous les autres pays du monde réunis. Et nous intensifions nos efforts en ces temps extraordinaires. »

Le soutien de la l’UE (DUE+ Etats Membres) au Niger pour l'éducation est axé sur la garantie de la qualité, de l'égalité et de l'équité.

Cette approche conjointe ou approche « Team Europe », se traduit pour la Délégation de l’Union Européenne par  la mise  en œuvre de diverses actions au niveau régional et national comme : a) « l’amélioration de l’enseignement dans la région du Sahel », b) le programme « d’appui budgétaire relatif à la résilience et la construction de l’Etat » (SRBC) avec des indicateurs spécifiques sur la scolarisation des filles ou l’éducation en situation d’urgence et c) sans oublier le rôle prépondérant de l’UE en tant que chef de file des PTF dans le secteur de l’éducation et c) la  nouvelle contribution au Fonds Commun pour le Secteur de l’Education signée avec l’AFD le 12/10/22 pour un montant de 15 MEUROS dont 12,5 MEUROS seront directement versé sur le FCSE. Il est également important de souligner que la DUE assure la coordination de l’ensemble des Etats Membres, à travers son approche Team Europe, et des autres Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) actifs dans la transformation du système éducatif au Niger et facilite le dialogue politique entre ces différents acteurs et le gouvernement nigérien.

En finançant le FCSE, l’UE et les Etats Membres (France et Luxembourg) manifestent leur soutien et leur confiance au gouvernement nigérien dans la réforme de son système éducatif. La contribution de la DUE au FCSE est le fruit d’un long dialogue entre le gouvernement, l’AFD et la DUE et vise la mise en œuvre de la politique sectorielle de l’éducation et de la formation à Niamey, Maradi, Agadez à travers une:

  • Amélioration des conditions d’accueil des apprenants dans les établissements d’enseignement général (primaire et secondaire), mais aussi les établissements techniques et professionnels en particulier pour les femmes et les filles ;
  • Amélioration de l’élaboration et le pilotage des programmes d’investissement (infrastructures et équipements) du MEN et du METFP

Cette contribution est d’autant plus importante qu’il s’agit de la première participation de l’UE, au niveau mondial, a un fonds commun pour l’éducation. Il s’agit donc d’un signe de grande confiance que l’Union Européenne adresse au gouvernement nigérien dans la bonne gestion de la réforme de son système éducatif. Cette expérience pilote qui sera sans aucun doute un très grand succès sera suivie de près par Bruxelles en vue d’une possible réplication dans d’autres pays.

Finalement je souhaiterai remercier tout particulièrement :

  1. Les Etats Membres de l’Union Européenne participant à la transformation du système éducatif au Niger et tout particulièrement ceux contribuant au FCSE à savoir : La France et le Luxembourg ;
  1. Mme Cynthia Mela (Directrice du Bureau de l AFD Niger), Emilie Garet (Directrice Adjointe du Bureau de l AFD Niger) et Mme Audrey MARTINENQ DUPLESSIS (Chargée de mission – Education et Formation – Bureau de l AFD Niger) 

pour leur professionnalisme et leur enthousiasme et leur fort engagement dans la réforme du système éducatif au Niger ;

  1. Mr. Ambassadeur de France : Sylvain Itte ;
  1. Et plus particulièrement Mr le Ministre des Finances, ici présent, et à travers lui les Ministères responsables de la mise en œuvre des politiques éducatives, pour leur enthousiasme et leur ferme volonté de reformer le système éducatif au Niger.

Merci de votre aimable attention