Page language:
Not specified

Foreign Affairs Council: Press remarks by High Representative Josep Borrell

24.01.2022
Brussels

Check against delivery! 

Good afternoon,  

Before going into the details about today’s meeting, let me express my deep sorrow over the attack in Heidelberg this afternoon. My feelings and my thoughts are with the families of the victims, with the people of Heidelberg and with Germany.  

On the Foreign Affairs Council today, we had important topics and we have been joined by two important guests. First, the United Nations Special Envoy for Syria, Geir Pedersen, for our discussion on Syria, and the United States Secretary of State, Antony Blinken, for the discussion on Russia and European Security. 

Let me start with this last point right away, because certainly it has been the most important point on the agenda. The most important take-away is that we have reconfirmed our strong unity and our united approach on the challenges to European security. Our unity is our strength, and there is no doubt in the Council about this. In this regard, we agreed Council Conclusions that you have already seen - and they are, more or less, the ones we agreed on the informal meeting at Brest. 

The Russian military build-up in and around Ukraine and Russia’s attempts to re-create dividing lines on our continent, undermine the core foundations and principles on which European security is built and bring back dark memories of spheres of influence, which do not belong to the 21st century. We reaffirmed our full and unquestionable support to Ukraine and that any military aggression against Ukraine will have serious consequences and massive cost for the perpetrator. 

We have had a long exchange with Secretary Blinken and it was particularly useful to further assess the way ahead - jointly, the United States and the European Union - and we will continue our very strong and close coordination with our partners as we have been doing during this process. The European Union has not been absent in the talks with Russia, because before and after each meeting we have been coordinating, discussing, informing together the United States and the European Union. And I, personally, had phone calls and collective calls with the United States and NATO in order to be completely aware of what was going on. 

There are three main elements that will guide our way ahead. 

First, our collective diplomatic efforts to convince Russia to take the path of dialogue will continue, even though the Russian rhetoric does not inspire a lot of confidence.  

From this point of view, Ministers have tasked me to continue coordinating the European Union position with all our key partners, notably the United States, NATO and the OSCE Chairmanship-in-office to ensure the effectiveness of our efforts. And we call on Russia to continue engaging constructively in established mechanisms, such as the OSCE and the NATO – Russia Council.  We must also continue to support the efforts to reactivate the Normandy 4 process and the work of the Trilateral Contact Group on the implementation of the Minsk Agreements.  

We will also continue engaging with our international partners to explain what is happening in Europe and the Russian threats, and to try to clarify the disinformation that Russia is wide spreading about these facts.  We need to step up our strategic communication and push back disinformation. I invite you to have a look at the EUvsDisinfo publications in the network, where we debunk some dangerous narratives that are being spread. Today we have put on this webpage an explanation about the seven myths that Russia is wide spreading about what is happening on the Eastern border of Europe. 

Secondly, should diplomacy fail - we are going to do our best for diplomacy to work - we are very well advanced in preparations of responses to a potential Russian aggression. And, certainly, it will be a quick and determined action with strong unity – not only within the European Union, but also internationally. 

Thirdly, we must step up our efforts to enhance Ukraine’s and other partners’ resilience. There are concrete actions that we can take and that we are taking. The President of the Commission [Ursula von der Leyen] announced today a financial assistance package made of emergency loans and grants to support Ukraine in the medium and long term. Doubling our grants, our support and providing an emergency financial support of €1.2 billion. That is a very important amount of money that Vice-President [of the European Commission, Valdis] Dombrovskis and my colleague Commissioner [for Neighbourhood and Enlargement] Olivér [Várhelyi] will visit Ukraine to announce and to share this news with the Ukrainian authorities. 

We are also looking out to support Ukraine in another key areas.

On Cyber and hybrid threats, our swift condemnation of the cyber-attack and our readiness to assist Ukraine 10 days ago - when we were in Brest - is a clear proof of our readiness, our capacity and will to act. We will be ready to respond to further attacks of this type. We will continue to build-up the resilience on countering foreign information manipulation. We are ready to mobilise a mission to support Ukraine in fighting against cyber attacks with resources provided by Member States and coordinated by the European Union, if needed.  

On security and defence, I have already mentioned the €31 million that we have granted in order to increase the resistance capacity of the Ukrainian army. We are intensifying our work on the idea of a European Union [Military Training] Assistance Mission in Ukraine to reform military education. I hope that the decision will be taken soon.  On our side, we will continue accelerating the preparatory work to deploy such a mission if Member States agree on that.

Finally, we must also keep close contact with other partners, notably Georgia and Moldova and continue to pass the message that enhancing internal resilience - based on strong democratic institutions - is important to strengthen their capacity to face external threats. For that we encourage Ukraine to continue working on the reforms ongoing. 

Last but not least, let me underline again that we are united in our position. Our unity is our most important strength. 

We talked about Syria, Libya, Mali, Burkina Faso. Let me say something about Mali and Burkina Faso, let me switch to French, this is something in what France is strongly engaged. 

Comme je l’ai déjà dit au Gymnich à Brest, les décisions prises par les autorités maliennes de proposer une [prolongation de la] Transition de 4  ans, ainsi que le déploiement avéré, vérifié, du Groupe Wagner, ne sont pas acceptables pour nous.

La CEDEAO a adopté des sanctions économiques et financières. Nous travaillons sur cette ligne. On va tenir une réunion le  26 janvier prochain, avec les ministres des affaires étrangères du G5-Sahel. J’espère avoir l’occasion de discuter avec eux, et en particulier avec le ministre du Mali. Aucune décision sera prise avant que cette réunion  n’ai lieu. J’espère que cette occasion de nous rencontrer va me donner l’opportunité de faire passer des messages et de consolider notre approche.

Sur le Burkina Faso, nous suivons avec beaucoup d'inquiétude l'évolution de la situation au Burkina Faso. Les dernières nouvelles sont très préoccupantes en faisant état de détention du président [Christian] Kaboré, et de l’occupation de la radiotélévision nationale par des éléments de l'armée. Hier, j'ai parlé avec la ministre des Affaires étrangères de Burkina Faso [Rosine Coulibaly]. Et le président du Conseil européen [Charles Michel] a parlé avec le président du Burkina Faso, la situation semblait sous contrôle. Mais pendant la journée d'aujourd'hui, les nouvelles se sont empirées, elles sont mauvaises, et nous savons maintenant que le président Kaboré est sous le contrôle de l'armée. Nous appelons au respect de l'ordre constitutionnel et à la libération du Président Kaboré.

Sur la Syrie, on a discuté de la procédure que le  l’Envoyé Spécial des Nations unies voudrait suivre des « steps-for-steps ». Tous les États membres étaient d'accord que tant qu'il n'y aura pas d’engagement politique du régime d’Assad, il n'y aura pas, aucune reconnaissance, aucune communication, aucun travail ne sera fait ensemble [avec le régime d’Assad], à part l'aide humanitaire au peuple de Syrie qui va être augmenté  selon les plans que nous a présenté l'Envoyé Spécial des Nations unies.

 

Q&A

Q. When you went into the Council you said that you expected Foreign Secretary Blinken to explain why they decided to start evacuating their embassy in Kyiv and you also said that any moves from the European side would be dependent on if there is a sufficient reason to do that. So, my question is: did you hear any convincing reasons why embassies should take precautionary measures now?  

Precautionary measures cover a broad range of actions. I am not saying that you do not have to take precautionary measures. 

Follow-up question: let us say start evacuating staff.  

In fact, Secretary Blinken told us that it was not an evacuation. He was just letting free movement of people who are not essential staff. The ones who are essential staff are free to decide to leave the country if they want. This is not an evacuation. And, secondly, after exchanging among us and sharing the information that we have and having listened to Secretary Blinken, I do not think that there is a need for us to do any kind of precautionary measure from the point of view of the number of our staff and their presence in Ukraine. 

Q. Did Secretary Blinken ask the EU to do the same, the precautionary measures we were talking about before, the evacuation? What was the reaction of the Member States, is there unity on this issue as well? 

As I said, it was not an evacuation. It was just for non-critical staff [to have] this possibility, for the ones who want to leave. If they are not critical and they want to leave, they can leave. This is not an evacuation. But even with this - let us say low level precautionary measure, very low level -, I think that there is a complete agreement between us, between the Member States that not even this precautionary measure is needed. 

Q.  First, it is already three months since this current military build-up, and when I read today's Conclusions by the Council, it talks about accelerating the preparatory work on possible sanctions should Russia attack. So, my question is: why has it taken so long and when can we expect the EU to be ready with the preparatory actions?  

What is taking so long, the attack or the preparatory measures? 

Follow-up question: No, why does it take so long to complete the preparatory measures? And on the second question, the EU keeps everything connected to sanctions secret and I understand why and it makes perfect sense, but given the mere fact that the EU did not mention any measures leaves a big leeway room for maneuver for the EU in the answer to introduce mere symbolic sanctions, because we know it is all on consensus. So, my question is: how do plan to convince Putin, the Russian leadership that the EU really means it when it warns of massive sanctions and of high-cost sanctions? 

Part of the deterrence is not to give information. So, do not worry, the measures will be taken and implemented at the appropriate moment, if it comes.  

Q. Is there anything you heard from Secretary Blinken today, either about the talks in Geneva on Friday or the latest situation on the ground, that has shifted your view, one way or the other, on the likelihood of a Russian attack on Ukraine? Secondly, one of the Foreign Ministers, Mr [Edgars] Rinkēvičs from Latvia, has raised the spectre of the build-up of Russian and Belarusian troops in Belarus, near the Baltic borders as being a threat not just to Ukraine, but potentially to NATO. Is that a concern that you share?  

As I said, I had the opportunity to talk with Secretary Blinken bilaterally or with other people, other institutions like NATO before, and after each one of their meetings with the Russians. So, for me today there was almost nothing new, because I had the opportunity to have information directly from Secretary Blinken at the appropriate moment, immediately after or immediately before the meetings.  This was not the case for my colleagues, none of them has been talking with Secretary Blinken. It would be impossible, we are 27. So, it is important for the group, the Council, the 27 plus I, to listen to the explanation of Secretary Blinken, but for me was almost nothing new. Because I already got this information directly from him.  Certainly no, I do not think there is anything new that can increase the feeling of fear about an immediate attack, no. And about the threat that could represent the presence of Russian troops in Belarus and the threat not to Ukraine, but to Lithuania, neither. 

Q. Concernant l'alarmisme dont vous avez parlé à l'entrée ici, en disant qu'il n'était pas l'heure de d'être trop alarmiste. Est-ce que de la conversation avec le secrétaire d'État Blinken vous avez une idée du calendrier de la poursuite des négociations, des discussions diplomatiques au-delà de cette semaine, est-ce que ça va peut se poursuivre dans le courant du mois de de février. Sur les préparatifs des sanctions, on a souvent parlé de la coordination avec des partenaires.  On cite,  vous citez régulièrement les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada. Est-ce que cette coordination, cette possibilité d’adopter des sanctions pourrait s'élargir à d'autres États de la planète, je ne sais pas, le Japon, l’Inde, pourquoi pas ? Le ministre roumain, si je ne m'abuse, des Affaires étrangères, a suggéré la tenue d'un conseil des Affaires étrangères à Kiev dans un avenir assez proche en signe de solidarité avec l'Ukraine. Est-ce que vous pensez que c'est une option ?  

Oui et oui, ça a été une des propositions qu'on a mis sur la table, pourquoi pas ? Ce n’est pas impossible. Le Conseil des Affaires étrangères, statuant à l'unanimité, peut décider de se réunir hors siège. Donc, si les circonstances le demandent et s'il y a un accord unanime, on pourrait très bien se réunir n'importe où. Et pourquoi pas à Kiev ? Si la situation s'aggravait et ça pourrait être une façon de montrer de façon collective, ce que chacun de nous a montré et nous avons collectivement montré aussi ici à Bruxelles ou à Brest: la solidarité et l'engagement avec l'Ukraine. Mais rien n'a été décidé là-dessus.  

Alors, vous voulez savoir s'il y a d'autres pays avec lesquels on cordonne. Au niveau de l'Union européenne la coordination se passe avec les États-Unis, certainement, le Canada y avait le Royaume-Uni.  

Question de suivi : c'était sur l’alarmisme. Donc vous avez dit à l'entrée qu'il ne fallait pas tomber dedans et demander si de la conversation avec Monsieur Blinken la perspective de discussion d'ordre diplomatique pouvait aller au-delà de cette semaine qui s'ouvre maintenant.  

Il ne faut pas laisser jouer avec nos nerfs. Ils veulent jouer avec nos nerfs. Il ne faut pas jouer à ça. Nous, on sait très bien quelles sont les menaces et on sait très bien quel est le degré de la menace et la façon dont il faut réagir. Et sans doute, il faut éviter des réactions qui peuvent donner le sens d'une alarme qui a des conséquences même du point de vue financier. Donc, il faut rester tranquille en faisant ce qu'il faut faire, mais en évitant une crise de nerf.  

Le calendrier. Les États-Unis sont en train de répondre par écrit à la demande de la Russie. Nous, on a eu l'occasion de connaître la demande. On la connait puisqu'elle est publique. Mais on a eu l'occasion de discuter les termes de la réponse. Je dis ça parce que souvent, je lis dans la presse que l'Union européenne, est en dehors, qu’elle ne participe pas, qu’elle n’est pas  à la table. On est tout à fait dans le coup, on a suivi pas à pas les négociations. On a été consulté [avant] et on a été consulté, même pour préparer la réponse aux Russes. Bon, la réponse sera par les États-Unis et l’OTAN, qui sont ceux auxquels la Russie a fait la demande.  Une fois que cette réponse sera envoyée par écrit, comme les russes l'ont demandé, les russes vont l’étudier et j'imagine que le calendrier va dépendre de la réponse. Tu ne peux pas anticiper qu'elle sera sa réponse. 

Q. You wanted to send a strong message of unity today, there was much talk of unity. But before this meeting we understood there were divergences among member states for example on whether to export arms to Ukraine. I know this does not directly fall into your competences, but did you discuss this issue? And moreover, do you think this suggestion of disunity really weakens your hand with regards to Moscow?  

The European Union is the place where Member States gather to discuss the competences that we share in common, not to think that only Member States can do each one on their own side. No, this issue has not been on the table. 

Q. Vous avez évoqué l'idée de sanctions qui serait reportée selon ce que j'ai bien compris, à la rencontre avec le ministre malien des Affaires étrangères, mercredi. Qu'est-ce que vous attendez du ministre malien pour ne pas faire tomber le couperai de ces sanctions-là ? Je voulais savoir également si en à partir du coup, il n'y aura pas de représentant du Burkina Faso à cette réunion ou est ce qu'il y aura la ministre des Affaires étrangères du gouvernement actuel? Le président Macron a parlé d'une proposition européenne sur l'architecture de sécurité que les Européens étaient en train de rédiger. Peut-être que j'ai mal compris ce qu'a dit le président Macron, mais est-ce que cette proposition européenne est en train d'être rédigée où est ce que c'est en fait votre contribution à la réponse américaine qui se trouve être la proposition européenne, ou est-ce qu'on doit attendre une espèce de contreproposition européenne aux propositions russes ?  

Vous n'avez pas à vous excuser pour parler français. C'est une langue officielle de l'Union européenne et je suis ravi de pouvoir l'employer dans cette conférence de presse.  

Sanctions - la CEDEAO, la communauté des États africains de l'Afrique de l'Ouest, a pris des sanctions très importantes, très dures, vis-à-vis du Mali. Avant ça, nous avions approuvé un cadre juridique pour appliquer des sanctions, parce que vous savez que l'Union européenne a besoin d'un cadre juridique. On est très formel, on est très légal, de façon à ce que les sanctions soient contestables devant les tribunaux s'il y a besoin en avoir.  

Le cadre juridique a été approuvé, mais pour l'instant, il n'a pas été appliqué. Il y a des propositions qui ont été discutées dans le groupe de travail et le Conseil n'était pas aujourd'hui en condition de prendre une décision parce que le travail n’était pas terminé du point de vue de la procédure. Donc aujourd'hui, le Conseil n'a pris aucune décision. Et, évidemment, on n’en prendra pas d’ici mercredi. Ça ne serait pas possible en tenant compte des procédures, mais je pense honnêtement que si j’invite le ministre malien le mercredi prochain à Bruxelles, ça ne serait pas la meilleure façon de le recevoir, de le sanctionner la veille, lui ou d’autres membres de son gouvernement. Donc, on va attendre. La volonté politique d'appliquer des sanctions est là, puisqu’on a approuvé un cadre juridique, ce n'est pas un secret. Mais je pense que la volonté, le travail qui est en cours doit être cohérente avec les contacts diplomatiques que nous sommes en train de développer avec les pays du Sahel, les cinq pays du Sahel, et le Mali en fait partie.   

J'espère avoir une conversation, encore une autre, j’en ai eu plusieurs, avec les ministres des pays du Sahel, et en particulier le ministre du Mali pour savoir quelles sont ses intentions du point de vue du déploiement de troupes - j'allais dire de troupes russes, mais en fait du Groupe Wagner. Et quelles sont ses intentions par rapport à la capacité de la mission dans le domaine de formation militaire que nous nous continuons d’avoir au Mali. Le déploiement de la capacité d'agir, de force que la France et ses alliés ont en Mali. Enfin, en général, quelle est la situation et les perspectives. Mais c'est évident que ces quatre ans de transition, en poussant quatre ans les élections qui étaient promises pour la fin de l'année c’est quelque chose qui a poussé la CEDEAO à prendre des mesures et l’Union européenne doit aussi en prendre. Mais avant, il faut discuter avec nos invités mercredi prochain.

 

Link to the video:  https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-216841

Peter Stano
Lead Spokesperson for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0)460 75 45 53
Nabila Massrali
Spokesperson for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0) 2 29 88093
+32 (0) 460 79 52 44