Page language:
English

Russia/Ukraine: Press remarks by High Representative Josep Borrell after extraordinary informal meeting of EU Foreign Ministers

22.02.2022
Paris

Check against delivery! 

Merci Jean-Yves [Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères de la France], merci de nous avoir accueillis dans l’urgence cette réunion extraordinaire du Conseil des ministres d’affaires étrangères. Merci beaucoup. On était à Paris pour la ministérielle sur l’Indo-Pacifique et on y a resté pour traiter de l’Ukraine.  

Tout le monde sait que Monsieur [Vladimir] Poutine [Président de la Russie] a décidé hier de reconnaître les Républiques fantoches du Donetsk et de Louhansk, et quelques heures plus tard, les forces militaires russes sont entrées sur le sol ukrainien. Cet acte, qui était prévisible est un acte d'une extrême gravité. La prévisibilité n'enlève rien à la gravité. Cet acte déchire d'un coup les accords de Minsk dont Moscou faisait

l'alpha et l'oméga du règlement de la crise ukrainienne. 

Comme le Secrétaire général des Nations Unies [António Guterres] l’a dit, « il s'agit d'une violation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Ukraine, incompatible avec les principes de la Charte des Nations Unies ». Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le Secrétaire Générale des Nations Unies. Et la date choisie pour le faire n'est pas innocente. Le 22 février marque le huitième anniversaire de la destitution par le Parlement Ukrainien de l'ancien président [Viktor] Ianoukovytch et de la victoire de la démocratie qui a suivi. C'est comme si Monsieur Poutine sifflé ce que vous dites en français « la fin de la récréation ». La fin de la récréation démocratique de l'Ukraine. Il a bien choisi la date.

Si tu me permets je vais continuer en anglais. 

So, we are in a particularly dangerous moment for Europe. And by using the decrees recognising the so-called People's Republic of Donetsk and Luhansk, Putin has undermined Ukraine’s sovereignty, and the decision of sending a so-called “peace-keeping mission”, moving troops into Ukraine, is a clear escalation of Russia’s aggression against Ukraine. These developments follow very much the Kremlin’s playbook that we already know from 2014 and 2008. Learning from history, you know clearly what can be the next steps.  

In front of this situation, today, Europeans with a swift response, after 24 hours of hectic work, we demonstrate our determination to respond robustly to the latest events. We reached an agreement between the 27 Member States, a unanimous agreement, to adopt a package of sanctions that I presented to the Council after long hours of negotiations between Member States and European Union institutions. This package of sanctions that has been approved by unanimity by the Member States, will hurt Russia, and it will hurt a lot. We are doing that in strong coordination with our partners, the United States, the United Kingdom and Canada, with whom I have been in close contact during these hours.  

What is this package?

Today we have agreed that the 351 members of the Russia State Duma, who voted this violation of international law and territorial integrity and sovereignty of Ukraine, will be listed in our sanctions list.

We agreed to target 27 individuals and entities, who are playing a role in undermining or threatening Ukrainian territorial integrity, sovereignty and independence. These persons and entities are in the following three areas: First, the decision-makers responsible for threatening Ukraine, entities supporting financially and materially, or benefiting from them, those in the defence sector for having played a role in the invasion and destabilisation actions and those who wage a disinformation war against Ukraine and banks that are financing Russian decision-makers and other operations in those territories.

We also target the economic relations between the two regions and the European Union, exactly as we did in the Crimea case, to ensure that those responsible clearly feel the economic consequences of their illegal and aggressive actions. And last but not least - because this is very important - we target the ability of the Russian state and government to access our capital and financial markets or services. Limiting the financing of their policies through limiting the access of their sovereign debt to our financial markets.

This package is also being completed by one decision that does not belong to the European Union, but to Germany. And I want to say a word of appreciation to Germany for making our united message today still stronger by announcing that they stop the qualification - and it means the working – of the Nord Stream 2 pipeline. A request that has been presented many times by some Member States and by the United States. 

Over the past hours, in order to build this package, I have been in close contact with our partners and also with Mr [Dmytro] Kuleba, the Foreign Affairs Minister of Ukraine, assuring him of our support and solidarity in these grave hours. I commended him for his restrain and I stressed that this restraint will be needed more than ever in the coming days. Because we are afraid, we believe, that this story has not finished.  

We are also looking closely at the next move in Belarus, who has aided and supported the Russian actions, contributing to undermine and threaten the territorial integrity of Ukraine. And I am ready to put on the table - as I did today - a suggestion to enlarge the listing criteria to target those who provide support or benefit from the Russian government - the oligarchs, in plain language.

But sanctions are only a part of our response. Diplomatic efforts will continue to avert a new eruption of war, of a conflict in the heart of Europe.

I fully concur with the United Nations that the risk of major conflict is real. And we need to prevent it at all costs. So, we will continue our outreach at the United Nations and at the OSCE. In particular at the OSCE to bring Russia back to the negotiations. 

Now we have received Ukraine's request to help them on facing the cyberattacks, and we will be sending a mission to Ukraine in order to support the efforts in front of the cyberattacks that have restarted and that will continue.  

 So, summing up, the grave violations that Russia is committing will not go unanswered. They are not going unanswered. We are strongly united in this front, and we will raise the level of sanctions substantially, according with the Russian behaviour. Because many question marks are pending in these critical moments: the annexation, what is happening with the rest of the territory of these “republics”, which are still under the control of the Kyiv government, because the part of the Donbass that is in the hands of the separatists and now occupied by the Russian army is just the 30% of the territory. So, there is a big question mark on what is going to happen with the rest. We will continue being vigilant. The consensus, the unanimity reached today does not mean that we are at the end of the story. We keep ammunition in our toolbox in order to continue sanctioning the Russian behaviour if needed. 

 

Q&A 

Q. Je crois qu'il y avait une groupe de pays qui demandait des sanctions plus dures encore. Alors comment avez-vous fait pour les convaincre d'agir maintenant ? 

Par rapport à la méthode employée pour avoir l'unanimité, vous pouvez imaginer qu'il s'agit de discuter et montrer que l’unanimité demande des concessions de la part de tous. Et ce n'est pas une tâche facile, parce qu'il faut se mettre d'accord entre 27, et se mettre d'accord avec des partenaires; les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada. Et il faut se mettre d'accord entre les branches de l'architecture institutionnelle européenne. Oui, on aurait pu aller plus loin. D'autres pensaient qu'il fallait grader plus encore la réponse. Je pense qu’on a trouvé un point d'équilibre entre les voeux des uns et des autres, suffisamment fort, et en même temps on entreprend le chemin à parcourir pour prochains évènements. 

Q. En 2014 les sanctions n'ont pas réussi à changer le comportement du président Poutine et ça a même ouvert un débat sur l'efficacité de l'instrument des sanctions. Qu'est-ce qui vous fait penser que les sanctions accordées aujourd'hui vont marcher et auront un effet sur le terrain et pourquoi ne pas activer déjà le paquet de sanctions massif qu'on a évoqué dans les dernières semaines pour dissuader précisément le président Poutine d'envahir toute l'Ukraine ?  

Évidemment, les sanctions n’ont pas des effets miraculeux. Les sanctions coûtent. Les sanctions font du mal du point de vie économique et personnel. Mais on vient de vous dire qu’on pense malheureusement que l'histoire n'est pas finie. Les sanctions n'ont pas des effets miraculeux. Les sanctions, ce n'est pas comme un feu rouge dans une route. Mais les sanctions, ça fait du mal économiquement et ça fait du mal aux personnes affectées. Mais on a préféré - et ça a été une partie de la discussion – d'en garder une certaine capacité de deterrence, pour éviter ou pour répondre à de nouvelles actions de la part de la Russie. Et on vous a dit qu’on craint fort qu’il y aura une nouvelle action de la part de la Russie. On a un arsenal, une capacité d'action, on n'a pas tout voulu dépenser d'un coup, parce qu'on pense qu'il faudra suivre les événements au fur et à mesure que ces évènements se produisent. 

Q. Depuis ce matin, le président russe a demandé au Sénat d'approuver l'envoi de troupes au Donbass. Qu'est-ce que ça vous dit de l'efficacité de ces sanctions ? Est-ce qu'il ne fallait pas aller plus dur, plus fort, dès ce matin, dès le début ? Et est-ce que vous pensez que les oligarques russes devraient être soumis à des sanctions, comme vous l'avez évoqué et quid de Monsieur Poutine lui-même ? 

Monsieur Poutine n’est pas sur la liste des personnes sanctionnées. C'est toujours une discussion, comment graduez-vous la réponse à une action déterminée avec les moyens que vous avez. Il y a toujours une marge d'appréciation. On a décidé de faire ça parce qu'on pense que c'est le bon équilibre entre un paquet fort et la nécessité d'avoir en réserve des actions que l’on pense, malheureusement, devoir prendre. Et la décision que vous venez de citer du président Poutine d'autoriser que l'armée russe puisse agir en dehors des territoires russes marque, malheureusement, la direction que nous craignons. Oui, on reconnaît que les décisions du président Poutine, qui ont été annoncées, par entre autre, un responsable de la Douma marque une direction très préoccupante. Oui, c'est pour ça que on n'a pas épuisé, d'un coup, toute la capacité que nous avons de répondre.  

Q. La France a évoqué récemment la nécessité d'établir un nouvel ordre de sécurité en Europe. Pourriez-vous nous dire à quoi cela pourrait ressembler ?  

What Russia wants is to discuss about the architecture of security in Europe. And in an honest way, we have been telling them that we are ready. If this is the problem, then let us sit and talk. Russia may have security

concerns. OK, let us talk about it. But you do not talk with 140,000 soldiers massed at the border of a country. It is difficult to discuss honestly on the threat. But we are open to take into account the security concerns of Russia as any other country. Diplomacy is about this, it is about sitting, discussing and looking for solutions for the concerns of everybody. And we continue offering this possibility. 

 

Link to the video: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-218952

Peter Stano
Lead Spokesperson for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0)460 75 45 53
Paloma Hall Caballero
Press Officer for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0)2 296 85 60
+32 (0)460 76 85 60