D'étroites relations lient le Sénégal et l'UE depuis plus de 50 ans. Aujourd'hui, cette relation comprend à la fois un dialogue politique structuré, des relations commerciales fortes, un accord de pêche, et une coopération technique et financière en appui aux populations du pays. Elle implique un partenariat constant tant avec les autorités gouvernementales, les institutions publiques qu'avec la société civile et le secteur privé.

  • Image
    Présentation de lettres de créance de Jean-Marc Pisani au Président Macky Sall
    Caption

    L’Ambassadeur Jean-Marc Pisani présente ses lettres de créance au Président Macky Sall

    Copyright of the image: DUE Sénégal  

Relations politiques

Le partenariat UE- Afrique, dans sa stratégie commune, envisage les relations selon une approche innovante en considérant l'Europe et l'Afrique comme un seul et unique continent, déterminé à aborder ensemble les défis globaux auxquels ils sont confrontés.

Un dialogue politique ouvert

Régies par l'Accord de partenariat signé à Cotonou en juin 2000, et revu tous les 5 ans, les relations entre l'UE et les partenaires ACP prévoient la tenue d'un dialogue politique régulier entre l'UE et les autorités des pays, où ils sont représentés.

Le dialogue porte sur des questions d'intérêt commun aussi bien au niveau national, que régional, continental et mondial. Il a pour objectif de contribuer à la paix et la sécurité et vise à promouvoir un environnement politique stable et démocratique.

Les échanges de vues dans le cadre de ce dialogue permettent une évaluation des avancées des partenaires relatives au respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, des principes démocratiques et de l'État de droit et à la gestion transparente des affaires publiques.

Relations économiques et commerciales

L'Union européenne (UE) et les États membres de l'UE (La Team Europe) favorisent l’ouverture des échanges et l’intégration régionale et commerciale comme éléments clés de la réussite des stratégies de croissance et de développement au sein de leurs activités de coopération au Sénégal. Cet objectif est poursuivi par un appui au renforcement des infrastructures de transport d'intérêt régional et à l'amélioration de la compétitivité de l'économie nationale.

Au niveau économique, depuis la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent en 2014 - visant l’émergence économique à l’horizon 2035 - le Sénégal a connu une phase de croissance soutenue, au-dessus de 6% entre 2014 et 2018, qui a projeté le pays vers le groupe des économies à revenu moyen inférieur. Cependant, la pandémie Covid-19 a fortement touché le pays avec des effets négatifs sur la performance économique et macroéconomique, largement dépendant du secteur des services et des importations, et le ralentissement des secteurs touristiques et des transports en particulier.

Avec un PIB de 24,6 milliards USD (courant) en 2020 (1 472 US$ par habitant) le Sénégal est la deuxième économie de la zone UEMOA derrière la Côte d’Ivoire.

Grâce à une solide production dans les secteurs de l’industrie et des services, et aux mesures de soutien à l’économie, le Sénégal a connu un rebond de l’activité économique en 2021, suite à une année 2020 très impactée par la crise Covid-19.

La Team Europe (notamment la France, les Pays-Bas et la Belgique) est le premier partenaire commercial du Sénégal avec 32% de ses importations, mais seulement 12% des exportations sénégalaises (2021).

EXPORTATIONS

MILLIONS DE USD

IMPORTATIONS

MILLIONS DE USD

Or 19% de la valeur totale et les produits pétroliers 15%

735 MUSD

Combustibles minéraux et leur dérivations 23%

1800 MUSD

Huiles brutes et produits pétroliers, 16%

628 MUSD

Céréales 8,86%

692 MUSD

Poissons crustacés, mollusques 11%

425 MUSD

Machines et appareils mécaniques et leurs parties 8,5%

664 MUSD

Produits chimiques inorganiques 7%

270 MUSD

Machines et appareils électriques et leurs parties 6,82%

533 MUSD

Graines fruits oléagineux 5%

203 MUSD

Véhicules autres que le matériel roulant chemins de fer 5,68%

444 MUSD

Le Sénégal bénéficie actuellement d’un régime commercial préférentiel avec l’UE, ainsi que des programmes spécifiques de facilitation du commerce et d’intégration commerciale. Suite à la non-concrétisation des Accords de Partenariat Economique, le Sénégal se voit appliquer le Système "Tout sauf les armes" – TSA, le plus favorable de tous les régimes du Système de Préférences Généralisées (SPG+) européen: exportations de ses produits vers l’UE à droit zéro, sans limitation de volume. A noter, qu’à ce jour, le Sénégal est le deuxième plus grand bénéficiaire de TSA sur le continent africain et profite considérablement de ces préférences avec environ 98%.

La Team Europe appuie l'intégration régionale et continentale

L'un des objectifs majeurs des interventions de la Team Europe au Sénégal vise à lui permettre de tirer parti de l'intégration des économies de la région Afrique de l'Ouest, et progressivement continentale après la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), lancée le 21 mars 2018. Les Chefs d’Etat Africains ont en effet décidé de poursuive l’intégration continentale (élimination progressive les barrières douanières et monétaires et l’harmonisation de législations) pour mieux exploiter les avantages que présentent le commerce et l’intégration, et renforcer la modernisation des infrastructures (transport et digitalisation), pour réduire la faiblesse du tissu industriel du fait de la non transformation des matières premières produites par les pays africains sur place. Face à tous ces défis, la ZLECAF est censée apporter une réponse pratique et concrète, pour accélérer la transformation des matières premières pour favoriser l’industrialisation effective du continent.

La Team Europe contribue à atteindre cet objectif avec de programmes d'"Aid for Trade", des programmes d’assistance technique visant au soutien institutionnel, à l'appui au renforcement des infrastructures de transport d'intérêt régional, et à l'amélioration de la compétitivité de l'économie nationale. Plusieurs programmes soutiennent ainsi le Sénégal afin de mettre à niveau les normes et standards :

  • West Africa Competitiveness Programme (WACOMP) (aout 2020-avril 2023, mis en œuvre par ITC): composante de 9M€ pour le Sénégal pour promouvoir 3 chaines de valeurs comme moteurs de croissance soit agrobusiness soit des Technologies de l'Information et Communications. Plus spécifiquement dans la mangue, le projet va aider les producteurs à s'organiser en coopératives pour appuyer leur capacité à produire, transformer et exporter des mangues.
  • West Africa Trade Facilitation : programme multi-donneurs (Total 75 MUSD, dont UE 20MEUR, mais aussi contributions des Pays-Bas et de l'Allemagne) pour améliorer les mesures d'aide au commerce en Afrique de l'Ouest. Le Sénégal en bénéficie car l'axe Dakar-Bamako est un des 6 corridors clés de ce programme. Le programme appuie la modernisation des systèmes informatiques douaniers.
  • Depuis 2016, l’UE a mis en place un programme régional - qui travaille dans la continuité des programmes précédents - géré par le Comité de liaison Europe-Afrique -Caraïbes-Pacifique (COLEACP) « Fit for Market », visant à renforcer la compétitivité et la durabilité du secteur fruits et légumes des pays ACP, ainsi que leur compétitivité via l'application de mesures sur la durabilité tout en maintenant l'aide à la mise en conformité avec les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS).

  • Image
    Presidential Council on Economic Recovery.
    Caption

    L’Union européenne au Conseil présidentiel pour la relance de l’Economie au Sénégal

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

  • Image
    Le navire de recherche ITAF DEME
    Caption

    L’Accord de partenariat de pêche durable finance la recherche halieutique. Il a permis de financer 100% du carénage et de la recertification du navire de recherche sénégalais ITAF DEME, qui est indispensable à la gestion durable des pêches en Afrique de l’Ouest.

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

L'Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche durable

L’Accord de partenariat de pêche durable (APPD) entre l’Union européenne (UE) et la République du Sénégal est appliqué depuis novembre 2014. A partir de novembre 2019, il est mis en œuvre dans le cadre du Protocole 2019-2024 conclu entre l'UE et le Sénégal. L’APPD est renouvelé par reconduction tacite sauf dénonciation. Les protocoles sont renégociés quand ils arrivent à échéance sur la base d’une étude indépendante de bilan et prospective, prenant en compte les contributions des parties sénégalaise et européenne, et les meilleurs avis scientifiques disponibles émanant de l’ICCAT, du COPACE/FAO et des instituts nationaux.

Au titre de ce Protocole 2019-2024, il est prévu que des licences de pêche soient octroyées à des navires battant pavillon de l'UE dans la Zone Économique Exclusive sénégalaise. Ces navires bénéficient d’un tonnage de référence annuel de 10.000 tonnes pour les thonidés et d’un quota de 1750 tonnes de merlu noir.

La contrepartie financière est payée par l’Union européenne, à savoir 800.000 euros/an pour l’accès à la ZEE et 900.000 euros/an pour appuyer le développement du secteur des pêches sénégalais (surveillance, recherche, conditions sanitaires, pêche artisanale, formation). Les armateurs dont les navires battent pavillon de l’UE (Espagne, France et Portugal) paient chaque année les licences, les captures et les observateurs à bord des navires.

La mise en œuvre de l’APPD et de son Protocole est pilotée par la Commission mixte annuelle (UE-Sénégal) qui travaille sur la base des recommandations du Comité scientifique conjoint Sénégal-UE et des rapports de mise en œuvre de l’appui sectoriel du Ministère des Pêches et de l’Economie maritime.

Les textes juridiques et scientifiques de l’APPD et du Protocole sont disponibles sur les pages de la Commission européenne :

Sur la page de notre Délégation et de la Commission européenne, des explications peuvent également être consultées par tous les citoyens et les représentants des médias sénégalais sur les activités réalisées dans le cadre de l’APPD :

La Délégation de l’UE au Sénégal collabore avec les organisations professionnelles sénégalaises de la pêche artisanale et industrielle afin d’améliorer la connaissance mutuelle des activités de pêche, et pour renforcer l’impact positif de l’APPD sur le secteur de la pêche au Sénégal. La Délégation de l’UE est également un membre actif du Groupe technique Pêche et Aquaculture (GTPA) des partenaires au développement du Sénégal réunis au sein du G15.

La stratégie conjointe de l’Union européenne et du Sénégal

Le partenariat entre l’UE, les États membres de l’UE et le Sénégal se reflète dans la stratégie de coopération conjointe qui a pour ambition d’accompagner l’émergence du Sénégal, de renforcer la stabilité du pays et de soutenir ses efforts de relance économique et sociale suite à la crise COVID-19.

La stratégie conjointe UE–Sénégal 2018-2023 inclut le Sénégal, l’UE et les 13 Etats membres de l’UE alors représentés dans le pays1 : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République d’Autriche, la République Tchèque, et la Roumanie. Tenant compte des évolutions économiques et sociales au Sénégal dans le cadre du nouveau cycle budgétaire de l’UE 2021-2027, et des priorités de l’instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (NDICI2 - Global Europe), la programmation conjointe est liée au Plan Sénégal Emergent et couvre ainsi pour sa première phase, la période 2021-2023.

La stratégie conjointe UE-Sénégal repose sur 3 axes prioritaires :

  1. La croissance verte et inclusive pour la création d’emploi ;
  2. Le développement du capital humain ;
  3. La bonne gouvernance.

Budget Total pour la période 2014-2020

Pour la période 2014-2020, plus de 655 milliards de FCFA (1 milliard EUR) ont été alloués au Sénégal à travers le Plan Indicatif National (227,5 milliards FCFA, soit 347 millions EUR), le Plan Indicatif Régional (75 milliards FCFA, soit 114,5 millions EUR), le Fonds fiduciaire de l ’UE (130 milliards FCFA, soit 198,4 millions EUR), et via d’autres lignes budgétaires de l’UE (20 milliards FCFA, soit 30 millions EUR).

Face à la crise COVID-19, en avril 2020, l’Union européenne au Sénégal a rapidement réalloué près de 100 milliards FCFA dont 85 milliards FCFA sous forme d’appui budgétaire, dans le cadre du Plan de résilience du fonds Force-Covid-19 et 15 milliards FCFA en redéploiement de projets afin de mieux répondre aux urgences liées à la crise COVID-19.

Budget total pour la période 2021-2024

Budget total pour la période 2021 - 2024

 

Fonds fiduciaires d’urgence de l’UE pour l’Afrique

Le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique a été lancé par l’UE et les partenaires africains lors du sommet de La Valette sur la migration en novembre 2015. À ce jour, 4,9 milliards d’euros ont été approuvés en faveur de 251 programmes dans 26 pays africains qui ont permis la réalisation de nombreux objectifs.

Plus d’informations

 

  • Image
    3 axes subdivisés en 9 secteurs.png
    Caption

    La réponse de l’UE et de ses États membres se fonde sur une approche commune et repose sur 3 axes subdivisés en 9 secteurs.

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

  • Image
    Croissance verte et inclusive pour l'emploi au Sénégal.png
    Caption

    L'Union européenne soutient la réduction des migrations par la création d'emplois ruraux au Sénégal, par la mise en place de fermes agricoles villageoises et individuelles

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

Priorité 1 : Croissance verte et inclusive pour l’emploi

Chaînes de valeur durables, sécurité alimentaire et nutrition

L’Union européenne accompagne la dynamique vers la transition agro écologique du Sénégal et favorise une production durable pour une consommation locale saine et résiliente face au changement climatique, grâce aux objectifs du Pacte Vert pour l’UE.

À travers l’initiative de la TEAM EUROPE, Économie Verte au Sénégal, l’action européenne soutient les projets structurant du pays, tel que les Agropoles d’avenir, des plateformes de convergence et de transformation agro-industrielle développent les moteurs de croissance des régions rurales, en consolidant les compétences dans l’agriculture et l’agro-alimentaire. A travers la formation professionnelle ou encore le soutien à l’entrepreneuriat, ces structures accompagnent des porteurs de projets et offrent un appui aux petites et moyennes entreprises du secteur de l’économie alimentaire.

Dans ce cadre, l’engagement européen renforcera en particulier les plateformes logistiques et de transformation de l’Agropole Centre (couvrant les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick et de Diourbel ) afin de faciliter l’interconnexion territoriale, la conservation efficace des produits secs et périssables, l’accès aux intrants, l’accès à des services financiers adaptés, notamment le crédit d’investissement, de même que l’accès au dispositif national et local d’appui et au Conseil rural et de promotion de la recherche agronomique et zootechnique. Ainsi, l’action de l’UE accroît durablement l’attractivité des territoires ruraux grâce à un engagement à chaque étape des chaînes de valeur porteuses renforçant leur compétitivité pour créer des emplois décents dont les premiers bénéficiaires sont les femmes et les jeunes. Prévenant la migration irrégulière issue de ces zones rurales, cette action de l’UE renforce la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations tant rurales qu’urbaines et leur résilience face aux changements climatiques.

Infrastructures durables & résilientes

Pour atteindre les objectifs de la stratégie Global Gateway, l’action européenne vise le renforcement des équilibres entre les territoires, la durabilité des villes, ainsi que l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement urbain. Dans ce cadre, le soutien de l’UE se focalise sur l’appui à des projets de mobilité urbaine, l’extension et la réhabilitation d’infrastructures de transports et des interconnexions régionales pour favoriser les échanges de biens et de personnes, ainsi que sur l’amélioration de l’intégration des énergies renouvelables notamment en milieu rural à travers le stockage de l’électricité et le développement de solutions hors réseau.

La pollution urbaine ainsi que les problématiques liées aux grands embouteillages qui caractérisent Dakar sont au centre des préoccupations de la Team Europe dont l’action vise à la restructuration du transport collectif de la capitale, à travers un appui aux projets structurants du Train Express Régional (TER) et du Bus Rapid Transit (BRT). En coopération avec la Banque Mondiale, l’intervention de la Team Europe, à travers les financements et l’appui de la Banque européenne d’investissement et de la France aux opérateurs privés et publiques du secteur, aura pour objectif de garantir un fort impact environnemental et positif dans le quotidien des citoyens de Dakar.

Renforcement du secteur privé pour la création d’emploi

L’Union européenne soutient les réformes visant la transformation et la formalisation de l’économie sénégalaise en mettant un accent particulier sur la mise en place d’un écosystème favorable au bon fonctionnement du secteur privé et de l’entrepreneuriat comme vecteurs durables de la création d’emploi notamment pour les jeunes et les femmes.

La Banque européenne d’Investissement (BEI)

La Banque européenne d’investissement (BEI) est l’institution de financement de l’Union européenne. Elle est le principal bailleur de fonds multilatéral au monde, notamment pour le financement de l’action en faveur du climat. Au Sénégal la BEI a mis à disposition près de 900 millions d’euros en faveur de plusieurs dizaines de projets au Sénégal qui visent à l’amélioration des conditions de vie dans les villes et les communautés rurales, stimulent l’économie, et aident les entreprises et la société à s’adapter aux changements climatiques.

Plus d'informations

Invest for Young Business in Africa (IYBA)

Le Sénégal est le premier pays pilote pour la mise en œuvre de la TEAM EUROPE Initiative « Invest for Young Businesses in Africa » (IYBA) qui vise à soutenir plus de 180 programmes à travers l’Afrique pour aider les jeunes entreprises africaines à s’épanouir à travers :

1. L’accès au financement pour les start-ups en phase d’amorçage et de démarrage.

2. L’accompagnement des intermédiaires financiers et le financement digital.

3. Une amélioration globale du climat d’investissement et de l’écosystème entrepreneurial.

Plus d'informations

 

Priorité 2 : Développement du capital humain

Eau et assainissement

En ligne avec le Global Gateway et le Pacte Vert, l’Union européenne vise à améliorer le cadre et les conditions de vie des populations, en particulier des jeunes, afin d’optimiser leur chance de pouvoir profiter pleinement des opportunités crées par l’économie sénégalaise. Cette priorité répond aussi à l’impératif de promouvoir un environnement sain, déterminant essentiel à la santé humaine et au bien-être. Dans ce cadre, l’UE appuie depuis plusieurs années le renforcement de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement au travers d’investissements verts à Dakar, mais également dans les villes secondaires ainsi qu’en milieu rural.

Qualité de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la formation et de l’insertion professionnelle

La réponse européenne a pour objectif le renforcement de l’employabilité de jeunes Sénégalais afin d’assurer leur insertion professionnelle, en tant que salariés ou entrepreneurs.

L’UE soutient la création d’emploi en améliorant l’employabilité et l’insertion professionnelle par un renforcement de l’offre de formation professionnelle, notamment pour les jeunes, en adéquation avec la demande du marché du travail et des secteurs les plus porteurs, comme le secteur du numérique, afin d’améliorer la compétitivité des entreprises et de faciliter l’accès à un emploi décent.

Protection sociale et accès aux services de santé

En ligne avec la Stratégie nationale de Protection sociale (SNPS 2016- 2035), l’UE soutient activement les dispositifs nationaux de protection sociale afin de renforcer la résilience, notamment des populations les plus vulnérables, face aux risques sociaux et aux diverses crises auxquels le Sénégal est confronté.

Cet engagement inclut un appui au fonctionnement du Programme national de bourses de sécurité familiale (PNBSF), ainsi qu’un appui au processus de re-certification (maintien, entrée, sortie) des bénéficiaires du PNBSF. La Délégation de l’Union européenne au Sénégal s’est également fortement engagée à soutenir le Gouvernement dans un processus en cours de refonte du Code unique de Sécurité sociale, afin, entre autres, d’enrôler les travailleurs indépendants et les autres acteurs du secteur informel. L’UE poursuit par ailleurs son appui au renforcement de la gouvernance et des instruments de protection sociale, notamment à travers l’adoption d’un instrument budgétaire unifié de la protection sociale et d’une stratégie de financement pluriannuelle mais également à travers la mise à jour des données et l’extension de la couverture du Registre national unique (RNU).

Production pharmaceutique

Dans le contexte de post-pandémie COVID-19, la TEAM EUROPE soutient l’ambition du Sénégal de relancer son industrie pharmaceutique, pour une souveraineté pharmaceutique et sanitaire, en cohérence avec les ambitions du Plan Sénégal Emergent et du Partenariat pour la fabrication de vaccins en Afrique (PAVM) de l’Union africaine. Dans ce cadre, l’UE et la BEI sont les principaux partenaires de la mise en oeuvre du projet MADIBA (Manufacturing in Africa for Disease Immunization and Building Autonomy), piloté par l’Institut Pasteur de Dakar (IPD), qui avec l’appui du gouvernement du Sénégal, se spécialisera dans la construction d’une usine de fabrication de vaccins à Diamniadio, avec pour vocation de développer la première chaîne de valeur africaine de production de vaccins.

  • Image
    Développement du capital humain au Sénégal
    Caption

    La réponse européenne a pour objectif le renforcement de l’employabilité de jeunes Sénégalais, afin d’assurer leur insertion professionnelle, en tant que salariés ou entrepreneurs.

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

  • Image
    Femmes sénégalaises
    Caption

    Le troisième plan d’action sur l’égalité des sexes dote l’UE d’un cadre stratégique s’articulant autour de cinq axes d’actions visant à faire de la promotion de l’égalité des sexes une priorité de toutes les politiques et actions extérieures de l’UE : 1. Plus d’actions et plus d’efficacité en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes (85% des actions UE). 2. Un engagement stratégique conjoint de l’UE, des Etats Membres et des Organisations de la Société civile. 3. Six grands domaines d’engagement thématique. 4. L’UE montre l’exemple. 5. Mesurer les résultats

    Copyright of the image: DUE Sénégal 

Priorité 3 : Bonne Gouvernance

Gouvernance administrative et économique

En ligne avec les orientations stratégiques du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP2A), l’action européenne en matière de gouvernance économique vise à renforcer le cadre institutionnel, par la modernisation de l’administration, la mise en œuvre de services publics de qualité, et l’amélioration de l’environnement des affaires, qui favorise l’investissement du secteur privé et la création d’emploi durables.

Afin de renforcer la souveraineté financière du Sénégal par une mobilisation accrue de ressources nationales, l’action européenne continue d’appuyer les réformes fiscales et douanières, en mettant notamment l’accent sur la digitalisation, l’efficacité et la bonne gouvernance des administrations des recettes.

Le soutien de l’UE cible plus largement la réforme de l’administration publique, tant dans ses dimensions financières, que non financières, telles que celles liées aux institutions de l’Assemblée Nationale, la Cour des Comptes, les Collectivités territoriales, ou les entreprises et établissements publics.

Gouvernance démocratique

L’action de l’Union européenne a pour ambition de renforcer la stabilité politique du Sénégal via l’amélioration et le renforcement du fonctionnement efficace et transparent des institutions nationales et territoriales, en améliorant leur redevabilité. Le respect des droits humains et de l’État de Droit sont au cœur de notre partenariat avec le Sénégal. Dans son action, l’UE apporte une attention particulière à la jeunesse, aux femmes, aux acteurs de la société civile ainsi qu’aux autorités locales.

Partenariat avec la Jeunesse

La jeunesse est au cœur des politiques de l’Union européenne au Sénégal. Ces politiques donnent aux jeunes de meilleures opportunités dans l’éducation et sur le marché du travail, afin de garantir leur insertion sociale. L’UE contribue à assurer une participation active des jeunes dans les dialogues et instances de prise de décisions, en particulier dans les politiques qui les concernent directement. Ceci se fait principalement à travers la promotion d’un dialogue régulier entre les représentants de la jeunesse et les autorités publiques.

Notre soutien contribue aussi à renforcer les moyens et l’expertise du Gouvernement pour répondre aux nécessités et attentes des jeunes Sénégalaises et Sénégalais.

Partenariat avec la Société civile

L’Union européenne vise à accroître la contribution des Organisations de la Société civile (OSC) dans le processus d’un développement local participatif et inclusif. Dans ce cadre, nous favorisons l’institutionnalisation d’un dialogue structuré entre l’UE, le Gouvernement, et la Société Civile et les Collectivités Territoriales, ainsi que le renforcement de leurs capacités de suivi, d’élaboration et de mise en oeuvre des politiques publiques au Sénégal, notamment dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d’urgence pour l’emploi et l’insertion des jeunes.

L’engagement avec la Société civile est décliné dans une feuille de route 2021-2024 et met l’accent sur la promotion d’un dialogue inclusif sur les politiques et enjeux de la Société civile, particulièrement les organisations portées par les jeunes au profit des jeunes.

Égalité de genre

Pour l’Union européenne, l’égalité de genre est une valeur fondamentale, un droit humain universellement reconnu, qui fait partie de notre ADN. Dans le cadre du Plan d’Action Genre III de l’Union européenne (GAP III), notre objectif est de faire de l’égalité de genre une priorité transversale et systématique de toutes les actions extérieures que nous menons, ainsi qu’un sujet central du dialogue avec nos partenaires institutionnels et non-institutionnels.

Assurer la stabilité

L’Union européenne reste engagée à soutenir le gouvernement du Sénégal pour assurer le maintien de la stabilité et de la paix dans le pays. Le soutien européen vise à renforcer les capacités opérationnelles et logistiques des forces de sécurité intérieure afin de mieux prévenir et lutter contre la criminalité organisée, le terrorisme et les trafics illicites.

Dans la région de la Casamance, l’UE reste particulièrement engagée dans son appui à la médiation en faveur du processus de résolution du conflit casamançais et dans la promotion du retour en sécurité des populations déplacées à travers des actions de déminage et de sensibilisation.

Gestion de la migration

Le Sénégal est à la fois un pays de départ et de transit pour la migration, ainsi qu’un pays d’accueil pour des réfugiés et demandeurs d’asile. La gestion des flux migratoires représente un enjeu prioritaire partagé par le Sénégal, l’UE et les États membres de l’UE. L’action européenne vise à renforcer la coopération en matière de retour et de réadmission des migrants, ainsi que la réintégration durable de tous les migrants de retour. Par ailleurs, l’UE soutient les efforts des services sénégalais dans la lutte contre la migration irrégulière, notamment par le renforcement des moyens et de la coopération de la police, de la gendarmerie et des services de sécurité intérieure, y compris dans un cadre régional. L’UE développe aussi, avec les Etats membres, les opportunités de migration régulière.

Enfin, l’action de l’Union européenne prend en compte les causes profondes de la migration irrégulière, essentiellement liées à la perception d’un manque de perspectives économiques et sociales des jeunes générations, ainsi qu’à une idéalisation de l’Europe comme destination de migrants.

À cet égard la création d’emplois décents et durables, en particulier pour les jeunes dans les zones de départ, ainsi que la sensibilisation et le soutien à une réintégration durable des migrants de retour au Sénégal font partie des actions prioritaires de l’Union européenne.

Soutenir la migration légale

Pour soutenir la migration régulière, l’action européenne met en place et accompagne des programmes de migration sûre et régulière, au niveau régional comme vers l’Europe, par exemple via des programmes de mobilité dans le domaine éducatif, tel qu’ERASMUS +, de la recherche, tel que le programme d’actions Marie Sklodowska-Curie, ou professionnel, en impliquant les connaissances et le potentiel de la diaspora.

Promouvoir la Culture

La diversité culturelle fait partie des valeurs de l’Union européenne. La promotion de la diversité dans les relations culturelles internationales est en effet un élément important de la diplomatie européenne. Ses engagements et actions promeuvent l’UE, sa culture et celles de chacun de ses États membres dans leur diversité. À travers la Coopération culturelle, l’Union européenne soutient également les secteurs d’activités culturelles et créatives des pays partenaires de l’UE.