Mettre fin dès maintenant à la violence à l'égard des femmes!

25.11.2021

Des filles se suicident dans le but d'éviter un mariage forcé - 72 % des victimes de la traite d'êtres humains sont des femmes et des filles - la violence de genre met en péril l'éducation des filles. Ce ne sont là quelques-unes des raisons qui expliquent pourquoi nous devons agir dès maintenant pour mettre un terme à la violence de genre. Aujourd'hui, en solidarité avec les victimes de violence nous avons décidé d'oranger le monde. Cette initiative permet à l'UE de faire le point sur les progrès accomplis et sur les défis qu'il reste à relever, un an après l'adoption du troisième plan d'action sur l'égalité entre les hommes et les femmes, qui promeut l'égalité de genre et l'autonomisation des femmes dans tous les domaines de l'action extérieure de l'Union européenne. #Orangezlemonde

https://twitter.com/EU_Commission/status/1463771937818087429

https://twitter.com/JosepBorrellF/status/1463774219418882052

Près d'1 femme sur 3 a été victime de violence au cours de sa vie. En période de crise, ces chiffres augmentent, comme l'ont montré la pandémie de COVID-19 ainsi que les crises humanitaires, conflits et catastrophes climatiques récents.

 

Au cours de l'année passée, nous avons également été les témoins d'évolutions inquiétantes qui menacent les femmes et les filles dans le monde entier. Pour n'en citer que quelques-unes:

  • En mars, le gouvernement turc a décidé de se retirer de la convention d'Istanbul. En Turquie et ailleurs, les femmes sont descendues dans la rue pour protester contre cette décision.
  • Depuis juin, les évènements en cours en Afghanistan menacent les droits des femmes et des filles afghanes: beaucoup d'entre elles sont toujours en danger, en raison de leur travail, de leurs études, de leurs activités et de leurs opinions.
  • En Éthiopie, des violences sexuelles atroces continuent d'être commises et l'impunité en la matière demeure dans la région du Tigré, sans qu'il n'existe de perspective de fin.

 

Pendant la pandémie de COVID-19, les cas de violence domestique ont augmenté ("la pandémie fantôme"), ce qui montre que pour de nombreuses femmes et filles, le foyer n'est pas un lieu sûr. La violence affective est également un problème qui ne doit pas être ignoré. En Europe, 43 % des femmes ont été victimes, dans le cadre d'une relation amoureuse, de maltraitance psychologique et/ou de comportements dominateurs.

 

De plus, la cyberviolence à caractère sexiste se répand rapidement. Toutes les femmes sont confrontées à un phénomène relativement nouveau, bien que les femmes présentes dans la vie publique, telles que les journalistes et les responsables politiques, subissent souvent de manière disproportionnée la cyberviolence à caractère sexiste. Cette situation peut avoir une incidence sur la prise de décision démocratique, car ces femmes n'osent pas exprimer des opinions politiques par crainte d'être la cible de violences en ligne.

 

"Des progrès sont possibles et nous devons continuer à travailler ensemble sans relâche pour aller plus loin."

https://twitter.com/JosepBorrellF/status/1463832302434373640

Le plan d'action de l'UE sur l'égalité entre les hommes et les femmes et sur l'autonomisation des femmes dans les relations extérieures (GAP III) intègre dans les différentes politiques et actions les questions d'égalité de genre et traite des causes structurelles de l'inégalité de genre et de la discrimination fondée sur le sexe et sur le genre, y compris en mobilisant activement les hommes et les garçons dans la lutte contre les normes et les stéréotypes de genre. Garantir l'absence de toute forme de violence de genre est un élément central du GAP III.

 

L'UE poursuivra ses efforts pour lutter contre la violence sexuelle et la violence de genre dans le monde entier, y compris dans les situations de fragilité, de conflit et d'urgence, par exemple au moyen de l'initiative Spotlight de l'UE et des Nations unies (lien externe), qui a aidé 650 000 femmes et filles dans le monde et a permis de les protéger ou de prévenir les violences à leur encontre. Par ailleurs, grâce à cette initiative, 880 000 hommes et garçons ont été éduqués à la masculinité positive, à la résolution non violente des conflits et à la parentalité. En outre, cette initiative a contribué à la signature ou au renforcement de 84 législations et politiques nationales visant à lutter contre la violence de genre.

 

"Faisons en sorte que toutes les femmes et toutes les filles soient en sécurité en Europe et dans le reste du monde."

https://twitter.com/SanninoEU/status/1463837820431253514

https://twitter.com/eu_eeas/status/1463907834215612421

#OrangezLeMonde

Comme pour les années précédentes, l'édition 2021 de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes (lien externe) donne le coup d'envoi de 16 jours d'activisme qui prendront fin le 10 décembre 2020, à l'occasion de la Journée des droits de l'homme. En soutien à cette initiative, nous examinerons 16 raisons d'agir dès maintenant pour mettre fin à la violence de genre.

Conformément au thème de cette année, "Oranger le Monde: mettre fin dès maintenant à la violence à l'égard des femmes!", les #16jours d'activisme démarrent après l'illumination en orange du bâtiment du SEAE ainsi que d'autres bâtiments de l'UE à Bruxelles et dans le monde, en solidarité avec les victimes de violence.

https://twitter.com/eu_eeas/status/1463892735471980550

https://twitter.com/eu_eeas/status/1463933926486032388

16 raisons d'agir dès maintenant pour mettre fin à la violence de genre #EndGBV

Les droits des femmes et des filles ont rarement été remis en cause dans le monde comme c'est le cas maintenant en Afghanistan. Les derniers développements dans le pays suscitent de vives inquiétudes. L'UE a clairement indiqué que sa future aide au développement en faveur de l'Afghanistan dépendra du respect du cadre juridique international et des normes relatives aux droits de l'homme, y compris les droits des femmes et des filles. L'UE est déterminée à continuer de soutenir les femmes et les filles en Afghanistan et dans le monde entier, en défendant ses valeurs et ses convictions.

C'est pour les femmes et les filles en Afghanistan et dans le monde entier que nous devons agir maintenant pour mettre fin à la violence de genre #EndGBV

Pour en savoir plus, consultez la tribune commune de Josep Borrell et Jutta Urpilainen

 

Les pays du G5 Sahel sont confrontés à des difficultés socio-économiques qui pourraient être traitées de manière efficace si les femmes et les hommes bénéficiaient des mêmes opportunités. Les statistiques montrent que des traditions discriminatoires et des stéréotypes de genre persistent au Sahel. L'écart entre les hommes et les femmes reste le plus important dans la région, avec une moyenne de 31,9 %, ce qui est inférieur à la moyenne continentale de 48,4 %. L'inclusion d'un plus grand nombre de femmes comme la lieutenant-colonelle Fady au sein des forces armées et de sécurité et à tous les niveaux augmenterait la probabilité que la question de la violence de genre soit mieux abordée. La lieutenant-colonelle Fady explique à ce sujet qu'il est nécessaire de continuer à sensibiliser les officiers qui seront déployés sur des zones de conflit. "Par rapport aux hommes, les femmes peuvent communiquer avec un plus grand nombre de personnes, car elles peuvent s'adresser à d'autres femmes. Les habitants des zones rurales ou des zones de crises communiquent plus facilement avec une femme qu'avec un homme".

C'est pour les femmes comme la lieutenant-colonelle Fady qui vivent au Sahel que nous devons agir dès maintenant pour mettre fin à la violence de genre #EndGBV

Découvrez comment L'inclusion d'un plus grand nombre de femmes dans les forces armées peut faire la différence face à la violence de genre au Sahel

 

 

La lieutenant-colonelle Fady, est une femme forte, attachée à sa ville d'origine Tombouctou et elle est à la fois officier de l'armée, mère, survivante. C'est avec une vision positive et tournée vers l'avenir qu'elle s'exprime en faveur de l'autonomisation des femmes au sein des forces de sécurité sahéliennes.

 

 

https://twitter.com/EUSec_Defence/status/1463771939055489026

Les raisons de mettre fin à la violence à l'égard des femmes sont nombreuses. Ne manquez pas notre campagne d'information sur les 16 raisons d'agir dès maintenant pour mettre fin à la violence de genre #EndGBV.

Suivez le lien ci-dessous pendant les #16jours d'activisme!

https://twitter.com/eu_eeas/status/1463938535782699032

 


Voir également