Sécurité énergétique de l’Europe et coopération UE-États-Unis

06/02/2022 – Blog du HR/VP – L’énergie a toujours été un des enjeux géopolitiques les plus importants. Compte tenu des prix élevés et des difficultés d’approvisionnement en gaz causées par la crise avec la Russie, ce sujet est une priorité absolue. Nous devons remédier aux pressions à court terme tout en veillant à respecter notre objectif à long terme de transition vers la neutralité carbone. Le Conseil de l’énergie UE/États-Unis à Washington DC stimulera la coopération transatlantique à cet égard.

«Compte tenu des prix élevés et des difficultés d’approvisionnement en gaz, nous devons remédier aux pressions à court terme tout en veillant à respecter notre objectif à long terme de transition vers la neutralité carbone. Le Conseil de l’énergie UE/États-Unis à Washington DC stimulera la coopération transatlantique à cet égard.»

 

J’ai fait le trajet en avion jusqu’à Washington avec ma collègue Kadri Simson, commissaire en charge de l’énergie. La situation mondiale semble inquiétante à la veille du Conseil de l’énergie UE/États-Unis que je coprésiderai avec le secrétaire d’État Anthony Blinken ce lundi.

Les prix de l’énergie ont stimulé l’inflation

Les prix de l’énergie ont flambé en raison de questions d’offre et de demande à l’échelle mondiale. Les prix du gaz dans l’UE sont six à dix fois plus élevés qu’il y a un an, ce qui met une forte pression sur les prix de l’électricité en raison de la manière dont ces prix sont déterminés sur le marché de gros de l’électricité en Europe. Cela a déjà stimulé l’inflation à la fin de 2021. Si les prix de l’énergie restent élevés tout au long de 2022, alimentant la hausse de l’inflation, cela aura des répercussions graves sur la reprise après la pandémie.

Source: Eurostat

Avec la grave crise que nous traversons actuellement avec la Russie, c’est devenu plus qu’une question de prix, mais aussi une question de sécurité d’approvisionnement. La politique énergétique occupe toujours une place importante dans les relations entre l’UE et la Russie:  plus de quarante pour cent des importations de gaz de l’UE proviennent de Russie et soixante pour cent des recettes de la Russie liées à l’énergie proviennent de l’UE. Comme je l’ai dit la semaine dernière, en réduisant la part globale des importations de gaz en provenance de Russie, nous investirons non seulement dans la transition verte, mais aussi dans la réduction de nos dépendances stratégiques. Toutefois, au cours des dernières années, la Russie a davantage renforcé sa résilience face aux sanctions économiques, en augmentant ses réserves de devises étrangères, que nous n’avons renforcé notre capacité à faire face à d’éventuelles réductions de l’approvisionnement en gaz. Nous devrions envisager de toute urgence la constitution de réserves stratégiques de gaz de l’UE et la possibilité d’achats conjoints de gaz, comme l’a proposé la Commission. Cela renforcerait la sécurité de tous à un prix gérable, comme indiqué dans un rapport récent du CEPS, un groupe de réflexion.

La Russie a déjà par le passé utilisé l’approvisionnement énergétique à des fins politiques. Ces dernières semaines, même si la Russie a rempli strictement ses engagements contractuels, l’entreprise publique Gazprom a refusé d’accroître son approvisionnement afin de remplir les capacités de stockage européennes, ce qui a encore renforcé la nervosité sur le marché.

Source: Commission européenne

Dès lors, que peuvent faire l’UE et les États-Unis pour remédier aux difficultés qui se posent à court terme tout en répondant à l’impératif de parvenir à la neutralité climatique et de réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles? Avec les États-Unis et d’autres partenaires, nous nous opposons à l’utilisation de l’approvisionnement énergétique comme arme et levier géopolitique. La récente déclaration conjointe UE-États-Unis sur la sécurité de l’énergie place déjà la résilience face aux chocs futurs sur les prix et les garde-fous contre les tensions géopolitiques au cœur de la politique transatlantique en matière de sécurité énergétique. Nous sommes déterminés à assurer la sécurité énergétique de l’UE et de nos voisins, y compris la Moldavie, l’Ukraine et les Balkans occidentaux.

 

«Avec les États-Unis, nous nous opposons à l’utilisation de l’approvisionnement énergétique comme arme et levier géopolitique. Nous sommes déterminés à assurer la sécurité énergétique de l’UE et de nos voisins, y compris la Moldavie, l’Ukraine et les Balkans occidentaux.»

 

Le point de départ de notre stratégie est le pacte vert pour l’Europe et la transition énergétique, que nous voulons accélérer à la lumière de l’urgence climatique. Nous savons que la voie de cette transition n’est pas sans embûches, mais nous ne pouvons pas laisser les événements actuels nous écarter de cette voie.

Le problème immédiat de la sécurité de l’approvisionnement en gaz

Toutefois, à court terme, nous sommes confrontés au problème immédiat de la sécurité de l’approvisionnement en gaz et devons y remédier. Cela signifie œuvrer à une plus grande diversification des voies et des sources d’importation. Les États-Unis sont déjà le premier fournisseur de gaz naturel liquéfié (GNL) de l’Europe, et nous intensifions notre coopération pour garantir que notre approvisionnement en gaz est sûr pour les mois à venir. En plus des États-Unis, nous négocions actuellement avec la Norvège, le Qatar, l’Azerbaïdjan, l’Algérie et d’autres pour accroître l’approvisionnement en GNL. Nous devrons également œuvrer rapidement à une meilleure intégration, sur le marché énergétique européen, de la péninsule ibérique, qui est en réalité une île électrique en Europe, parce qu’elle dispose de plus de capacités de réception de GNL que les autres pays européens. Ces efforts sont plus susceptibles d’être couronnés de succès si nous investissons dans les relations avec les fournisseurs potentiels de GNL, pas en tant que solution à court terme, mais dans le cadre de notre intérêt à développer des relations plus stratégiques, en travaillant également sur les énergies renouvelables comme l’énergie solaire et l’hydrogène.

Source: Commission européenne

 

Bien que nous cherchions à atteindre les objectifs de l’UE en matière d’énergie et de climat et à renforcer notre résilience, nous devons faire de même pour l’Ukraine. En ce qui concerne la sécurité énergétique, l’Ukraine est aujourd’hui mieux préparée pour faire face à un éventuel conflit. Comme dans le reste de l’Europe, une véritable sécurité énergétique ne peut toutefois être atteinte que grâce à davantage d’investissements dans les énergies renouvelables au niveau interne et de meilleures connexions avec le marché de l’UE. Notre réunion sera l’occasion de viser une coordination encore plus étroite en ce qui concerne les réformes du marché de l’énergie nécessaires en Ukraine pour renforcer la gouvernance d’entreprise et la transparence dans la perspective de la synchronisation de l’Ukraine avec le réseau électrique européen prévue en 2023. Nous œuvrerons également à accroître les flux inversés au sein des infrastructures de transport de gaz existantes.

 

«En fin de compte, seul un système énergétique décarboné pourra amener à une énergie fiable, abordable et sûre. C’est également la raison pour laquelle les technologies concernant notamment l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et l’hydrogène figurent parmi nos priorités communes avec les États-Unis.»

 

Il y a un grand enseignement à tirer de tout cela: en fin de compte, seul un système énergétique décarboné pourra amener à une énergie fiable, abordable et sûre. C’est la raison pour laquelle nous coopérons également étroitement avec les États-Unis dans le domaine des technologies. L’efficacité énergétique, les énergies renouvelables (telles que l’énergie éolienne) et l’hydrogène figurent parmi nos priorités communes. Un nouveau groupe de haut niveau UE-États-Unis sur l’action pour le climat a été créé l’année dernière et nous avons aligné nos positions dans la perspective de la COP 26 à Glasgow. Ce Conseil de l’énergie donnera le coup d’envoi à l’alliance transatlantique pour les technologies vertes en ce qui concerne l’innovation et au déploiement rapide et à grande échelle des technologies clés en matière d’énergie propre au niveau mondial, y compris les pompes à chaleur, les compteurs avancés et le stockage de l’énergie de longue durée, notamment en renforçant nos efforts communs en matière de codes, de normes, de certification et de cadres réglementaires.

La transition énergétique modifiera les équilibres géopolitiques

La transition énergétique continuera de modifier les équilibres géopolitiques, le pouvoir passant de ceux qui contrôlent les combustibles fossiles à ceux qui développent des technologies en matière d’énergies propres. Il faudra pour cela que les pays qui dépendent aujourd’hui fortement des exportations de combustibles fossiles diversifient leurs économies et nous devons être prêts à les aider à faire ce grand pas en avant. La transition vers la neutralité carbone et la transition énergétique juste sont essentielles pour sauver notre planète, mais elles auront également des effets positifs sur la politique étrangère. En effet, un monde fonctionnant à l’énergie propre sera plus stable et meilleur pour tous, mais il créera également de nouvelles dépendances en raison des matériaux nécessaires. Une nouvelle stratégie de l’UE en matière d’énergie internationale sera publiée au printemps prochain, afin d’exposer plus en détail notre réponse aux problèmes plus larges qui se posent à cet égard.

En coopération avec les États-Unis, l’UE continuera à bâtir une transition énergétique mondiale qui soit socialement juste et qui tienne compte des enjeux géopolitiques. Demain, nous collaborerons sur ce vaste programme, en envoyant un message fort à ceux qui cherchent à nous diviser.

 

 

More blog posts by EU High Representative Josep Borrell

HR/VP box
HR/VP Josep Borrell cartoon

"Une fenêtre sur le monde" - Blog du HR/VP Josep Borrell

Blog de Josep Borrell sur ses activités et la politique étrangère européenne. Vous pouvez également y trouver des interviews, des articles d'opinion, une sélection de discours et de vidéos.