Page language:
French

UE-États-Unis: communiqué de presse conjoint du SEAE et du département d'État relatif aux consultations à haut niveau sur la région indo-pacifique

03.12.2021

Le 3 décembre, à Washington, Wendy R. Sherman, sous-secrétaire d’État, et Stefano Sannino, secrétaire général du Service européen pour l'action extérieure, ont mené les premières consultations à haut niveau UE-États-Unis sur la région indo-pacifique.

Ensemble, ils ont passé en revue les stratégies et engagements respectifs de l’UE et des États-Unis à l’égard de cette région. Ils ont tous deux réaffirmé leur intention d’œuvrer de concert et avec leurs partenaires en faveur d’une région indo-pacifique à la fois libre et ouverte, qui soit sans exclusive, se base sur les valeurs de l'état de droit et de la démocratie, et contribue à la stabilité, à la sécurité et au développement durable de la région. Les États-Unis et l’Union européenne ont un même intérêt stratégique à renforcer leur coopération avec des partenaires dans la région indo-pacifique, sur la base de leurs valeurs et intérêts communs et à l’appui de cadres multilatéraux fondés sur des règles. Les deux parties ont réaffirmé l’importance de la place centrale qu'occupe l'ASEAN et la nécessité de soutenir une ASEAN forte et indépendante.

Elles ont affirmé leur objectif commun de coordonner leurs engagements à l’égard de la région indo-pacifique et recensé les domaines prioritaires possibles et les thèmes se prêtant à une coopération immédiate, tels que la lutte contre la crise climatique (y compris la prévention des catastrophes naturelles et la réaction rapide face à elles), la santé publique, ainsi que la préparation et la réaction à la pandémie (dont un soutien à COVAX, des progrès dans la sécurité sanitaire mondiale et un appui aux systèmes de santé nationaux), la liberté de navigation et la sécurité maritime, les droits de l’homme, les normes fondamentales du travail, telles que définies par l’OIT (notamment celles concernant le travail des enfants), la bonne gouvernance, les infrastructures, les technologies critiques et émergentes, la cybersécurité et la lutte contre la désinformation. Les États-Unis et l’UE ont un intérêt commun dans la sécurité, la stabilité et la prévisibilité de la région, y compris pour ce qui est de la liberté de navigation et de survol, conformément au droit international, tel qu’il est défini dans la Convention sur le droit de la mer de 1982. Les deux parties ont reconfirmé leur intérêt dans la stabilité et le statu quo du détroit de Taïwan et noté un intérêt partagé dans l’approfondissement de leur coopération avec Taïwan, conformément à leurs politiques respectives en faveur d'une «Chine unique».

Wendy R. Sherman et Stefano Sannino ont pris acte des importants besoins des partenaires de la région indo-pacifique en matière de développement des infrastructures. Ils ont rappelé l’intention exprimée par le président Biden, la présidente von der Leyen et le président Michel, lors du sommet UE-États-Unis de 2021 et en marge de la COP 26, à renforcer la coopération en matière de connectivité durable et d’infrastructures de qualité et à faire face à la crise climatique par le développement des infrastructures.

Ils ont réaffirmé l’objectif des États-Unis et de l’UE consistant à promouvoir le développement d’infrastructures, notamment d’infrastructures numériques, qui soient de qualité, transparentes, résilientes et durables, tout en facilitant la transition verte. Dans le cadre de cet objectif, ils ont rappelé l'intérêt mutuel des États-Unis et de l’UE à faire en sorte que la région indo-pacifique bénéficie d’un environnement réglementaire et politique transparent, durable et juste, qui soit de nature à attirer les investissements privés et publics. Ils ont fait part de leur intention d’échanger leurs bonnes pratiques et de recenser les domaines de complémentarité entre les initiatives américaines, européennes, régionales et multilatérales existant en matière d’infrastructures, notamment l’initiative «Reconstruire le monde en mieux» (Build Back Better World) et la stratégie «Global Gateway».

La sous-secrétaire d’État et le secrétaire général sont convenus de poursuivre ces consultations, le cas échéant.

 

*****

 

Wendy R. Sherman et Stefano Sannino ont participé à une réunion bilatérale distincte, le 2 décembre.

En ce qui concerne la situation aux frontières de l’UE avec la Biélorussie, le secrétaire général et la sous-secrétaire d’État ont condamné l’exploitation des migrants, demandeurs d’asile compris, par le régime de Loukachenko et le mépris affiché par celui-ci envers les droits fondamentaux de l'homme, tout en insistant sur le fait que le régime biélorusse devra rendre compte de ces abus. Pour ce qui est de la Russie et de l’Ukraine, le secrétaire général et la sous-secrétaire d’État ont fait part de leurs inquiétudes face au récent déploiement militaire russe à la frontière ukrainienne. Ils ont confirmé que l’UE et les États-Unis étaient fermement résolus à soutenir l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues, péninsule de Crimée comprise. Ils ont rappelé le droit souverain de l’Ukraine à procéder à ses propres choix en matière de politique étrangère et de sécurité et examiné l’importance de poursuivre les consultations et le soutien apporté par les États-Unis et l’UE à l’Ukraine face à l’agression russe.

Ils ont fait part de leurs préoccupations concernant le nouveau variant Omicron de la COVID-19. Ils ont insisté sur l’urgence qu’il y a à augmenter rapidement et équitablement les vaccinations dans le monde et à lutter contre ce variant et les variants à venir, ainsi que sur la nécessité pour les pays d’intensifier leurs contributions à l’effort vaccinal mondial, une question qui fait l’objet d’un partenariat étroit entre les États-Unis et l’UE. Ils ont aussi débattu de la crise actuelle au Venezuela et de l’importance d’une reprise des négociations globales afin d’y mettre un terme. Ils ont procédé à un échange de vues sur les prix mondiaux de l’énergie et sur les efforts récemment déployés par l’UE et les États-Unis pour remédier à leur incidence négative sur les ménages et les entreprises.

Le secrétaire général et la sous-secrétaire d’État ont passé en revue la situation en Afghanistan, insistant sur la nécessité de fournir une aide humanitaire d’urgence sans entraves et de faire en sorte que la population bénéficie du soutien direct de services sociaux de base. Ils ont mis en exergue la nécessité impérieuse de préserver le respect des droits de l’homme, notamment des femmes et des filles, ainsi que des membres des groupes minoritaires, et ils ont mis l’accent sur l’importance qu’il y a à combattre le terrorisme et à constituer un gouvernement inclusif en vue d’améliorer les perspectives de stabilité et de réconciliation en Afghanistan.

Ils se sont dits vivement préoccupés par la dégradation de la situation en Éthiopie et ont promis que des efforts conjoints seront déployés d’urgence en faveur d’une cessation des hostilités, de pourparlers de paix et d’un accès humanitaire sans entraves. Quant au Soudan, ils ont pris acte du fait qu’Abdalla Hamdok avait été rétabli dans ses fonctions de Premier ministre de transition, ils ont aussi condamné la violence contre des manifestants pacifiques qui sévit depuis le 25 octobre, et appelé à une action crédible destinée à hâter la transition du pays vers la démocratie. Ils ont, enfin, fait part de leurs inquiétudes concernant la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire dans le centre du Sahel et appelé à la poursuite d’un effort conjoint entre les pays de la région et les acteurs internationaux, afin de lutter contre les causes profondes de l’instabilité dans la région.

Peter Stano
Lead Spokesperson for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0)460 75 45 53
Paloma Hall Caballero
Press Officer for Foreign Affairs and Security Policy
+32 (0)2 296 85 60
+32 (0)460 76 85 60